in

Livre : Le bonheur est un choix en pdf

Livre : Le bonheur est un choix en pdf

Extrait :

Il y a des années, à la suite de la publication de mon premier livre sur l’exaltant voyage que nous effectuâmes, ma famille et moi, pour guérir notre enfant spécial (qui souffrait de troubles neurologiques et de dysfonctionnement), je m’entretins avec l’auteur d’une saga assez différente. Il décrivait ce qu’il avait vécu comme la difficile et damnante réalité d’être le père d’un enfant «moins-que-parfait». Il déclara sans ambages qu’il détestait les types comme moi. «Vous prenez une chose terrible, me dit-il d’un ton catégorique, et vous faites croireaux gens qu’elle est merveilleuse.» Je réfléchis à ce point de vue pendant un instant. «Avez-vous jamais pensé, demandaije d’une voix douce, que vous prenez peut-être une chose très belle pour faire croire aux gens qu’elle est terrible?» Au même instant, je compris que ni lui ni moi ne détenions la vérité, mais seulementune vision que nous avions créée et que nous utilisions pour appréhender notre situation. J’avais décidé de voir mon fils et ses difficultés comme une occasion de grandir, d’apprendre et d’aimer. Lui voyait sa situation comme une malédiction. Nos expériences différentes découlaient de ces visions tout à fait distinctes. Désireux d’établir un contact avec lui, je lui dis qu’un tel événement m’aurait anéantiautrefois moi aussi. Je me rappelle, à l’école primaire, avoir observé un groupe d’élèves mentalement déficients tenter sans succès de maîtriser les règles les plus élémentaires du baseball. Je m’étais détourné, car ce spectacle me rendait confus et mal à l’aise. À l’école secondaire, l’un de mes camarades de classe boitait, et sa main et son bras gauches étaient bizarrement tordus. Il éprouvait une énorme difficulté à parler et bavait chaque fois qu’il tentait de prononcer fût-ce la plus courte phrase. Le professeur nous dit que Douglas était né comme ça. Parfois, d’autres élèves imitaient ses mouvements et riaient de leurs propres pantomimes. Pendant un semestre, je l’aidai à porter son sac, pour aussi bizarre, gêné et effrayé que je me sentisse chaque fois. Je ne savais jamais quoi lui dire de sorte que nous parcourions en silence le trajet entre l’autobus et l’école.

Prev1 sur 2
Cliquez sur "next" pour télécharger

What do you think?

Written by thedocstudy

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Livre : Psychologie de la personnalité en pdf

Livre : La grammaire pour tous en pdf