-->

main menu

Pages

Télécharger : Du bonheur un voyage philosophique en epub

Télécharger : Du bonheur un voyage philosophique en Epub 









Préface : 

Il faut méditer sur ce qui procure le bonheur, puisque, lui présent, nous avons tout, et lui absent, nous faisons tout pour l’avoir 1.Épicure Depuis de nombreuses années, j’ai le projet d’écrire un livre sur le bonheur. Depuis de nombreuses années, je ne cesse de remettre ce projet à plus tard. Bien que la recherche du bonheur soit sans doute la chose la mieux partagée au monde, il n’est pas aisé d’écrire à son propos. Comme beaucoup, je suis agacé par l’usage intempestif du mot, en particulier dans les publicités, comme par la pléthore d’ouvrages prétendant livrer des « recettes » toutes faites du bonheur. À force d’en entendre parler à tort et à travers, la question du bonheur, galvaudée, devient inaudible. Mais derrière cette banalisation et son apparente simplicité, la question demeure passionnante et renvoie à une multitude de facteurs difficiles à démêler.Cela tient notamment à la nature même du bonheur : à certains égards, il est aussi insaisissable que l’eau ou le vent. Dès qu’on pense s’en être emparé, il nous échappe. Si on tente de le retenir, il s’enfuit. Il se dérobe parfois là où on l’espère et surgit à l’improviste au moment le plus inattendu. Il arrive encore qu’on ne le reconnaisse qu’une fois le malheur survenu : « J’ai reconnu le bonheur au bruit qu’il a fait en partant », écrit joliment Jacques Prévert. Pourtant, j’en ai fait l’expérience, la poursuite du bonheur n’est pas une quête insensée. On peut réellement être plus heureux en réfléchissant sur sa vie, en effectuant un travail sur soi, en apprenant à faire les choix les plus judicieux, ou bien encore en modifiant nos pensées, nos croyances ou les représentations que nous nous faisons de nous-mêmes et du monde. Le grand paradoxe du bonheur, c’est qu’il est aussi indomptable qu’apprivoisable. Il relève tout autant du destin ou de la chance que d’une démarche rationnelle et volontaire. Il y a près de vingt-cinq siècles, le philosophe grec Aristote soulignait déjà cette ambiguïté : « Il est difficile de savoir si le bonheur est une chose qui peut s’apprendre, ou s’il s’acquiert par l’habitude ou quelque autre exercice, ou si enfin il nous échoit en partage par une certaine faveur divine ou même par le hasard2. »Une autre difficulté tient au caractère éminemment relatif du bonheur : il varie selon les cultures, les individus et, pour chacun, selon les phases de la vie. Il prend souvent le visage de ce que nous n’avons pas : pour un malade, le bonheur est dans la santé ; pour un chômeur, dans le travail ; pour certains célibataires, dans la vie de couple… et, pour certains époux, dans le retour au célibat ! À ces disparités s’ajoute une dimension subjective : un artiste est heureux dans la pratique de son art, un intellectuel dans le maniement des concepts, un sentimental dans la relation amoureuse. Sigmund Freud, le père de la psychanalyse, a fort bien éclairé ce point en soulignant que « c’est la constitution psychique de l’individu qui sera décisive. L’être humain chez qui prédomine l’érotisme donnera la priorité aux relations de sentiment avec d’autres personnes ; le narcissique, se contentant plutôt de lui-même, cherchera ses satisfactions essentielles dans ses phénomènes psychiques internes ; l’homme d’action restera attaché au monde extérieur sur lequel il peut mettre sa force à l’épreuve3 ». C’est une des raisons pour lesquelles il n’existe pas de « recette » du bonheur valable pour tous...

Télécharger : Du bonheur un voyage philosophique en pdf
Cliquez ici pour télécharger en Epub

reactions :

Commentaires