U3F1ZWV6ZTE1MzkzNzE4MjlfQWN0aXZhdGlvbjE3NDM4OTYyNjU1

Télécharger : Les 48 lois du pouvoir en pdf

Télécharger : Les 48 lois du pouvoir en pdf 







Préface : 

Le sentiment de n’avoir aucun pouvoir sur les gens et les événements est difficilement supportable : l’impuissance rend malheureux. Personne ne réclame moins de pouvoir, tout le monde en veut davantage. Dans la société d’aujourd’hui, cependant, il est dangereux de paraître avide de pouvoir, d’afficher ses ambitions. Il faut montrer des dehors impeccablement décents et honnêtes. Mieux vaut donc faire preuve d’un certain sens des nuances : se montrer sympathique et liant mais n’en être pas moins habile, voire retors.
Cette constante duplicité rappelle tout à fait la dynamique du pouvoir jadis en vigueur à la cour. Tout au long de l’histoire, une cour s’est en effet toujours formée autour du personnage investi du pouvoir : roi, reine, empereur, dictateur… Les courtisans étaient dans une position particulièrement délicate : il leur fallait bien sûr servir leur maître, mais s’ils paraissaient trop serviles, s’ils cherchaient trop ouvertement à gagner ses faveurs, les autres courtisans ne manquaient pas de le remarquer et de leur mettre des bâtons dans les roues. Par conséquent, les tentatives pour entrer dans les bonnes grâces du souverain devaient être subtiles. Et même les courtisans talentueux capables d’une telle ingéniosité devaient se protéger de leurs pairs qui à tout moment intriguaient pour les évincer. En même temps, la cour était censée être le comble de la civilisation et du raffinement. On désapprouvait les actions violentes ou la recherche trop ouverte du pouvoir ; les courtisans ourdissaient secrètement contre ceux des leurs qui utilisaient la force. C’était là leur dilemme : tout en étant un parangon d’élégance, chacun devait se montrer plus malin que ses rivaux et contrecarrer leurs projets de la manière la plus voilée. Avec le temps, le courtisan habile apprenait à agir de manière indirecte ; s’il frappait son adversaire dans le dos, c’était avec un gant de velours et le plus charmant sourire. Au lieu d’utiliser la coercition ou la trahison pure et simple, le parfait courtisan traçait son chemin grâce à la séduction et au charme ; il appliquait une tactique consommée de manipulation, planifiant toujours plusieurs coups à l’avance. La vie à la cour était un jeu sans fin qui nécessitait une vigilance constante et de la stratégie : une guerre feutrée.


Télécharger : Les 48 lois du pouvoir en pdf
Cliquez ici pour télécharger en pdf

NomAdresse e-mailMessage